L’emballage qui tue… quelques lettres pour désigner des poisons quotidiens

Publié le par Cristalange

Tags : poison – phtalate – polycarbonate - bisphénol – BPA – cancer – cancérigène – santé – ECHA – DEHP - emballages - produits chimiques

 

Suite de notre article de la semaine dernière suite à la diffusion du documentaire allemand, diffusé sur Arte le 27 juillet 20

Poison : notre risque quotidien 

d’Inge Altemeier et Reinhard Hornung

 

L’emballage fait partie de notre quotidien. Tout est emballé pour diverses raisons : pour protéger, conserver, transporter. Pour pouvoir remplir ces différentes fonctions, l’emballage est fait de différents matériaux produits la plupart du temps avec des composants chimiques sensés lui donner résistance, souplesse sans oublier les différents colorants utilisés afin de rendre ces emballages attractifs.

 

Mais si on fait attention à ce que l’on mange, on fait rarement attention au contenant. Et ce que l’on sait moins, c’est que certains des composants des contenants sont de dangereux poisons qui peuvent migrer dans le contenu, lequel contenu est bien souvent la nourriture dont on s’alimente. On a ainsi recensé quelques 100 000 substances qui migrent dans notre nourriture dont certaines sont toxiques. Le problème c’est que l’on ignore encore à ce jour les conséquences de bien de ces substances sur notre santé.

 

Malheureusement le parlement européen a du mal à légiférer et à interdire ce genre de substances. Une commission a cependant été nommée, l’ ECHA (agence européenne des produits chimiques : http://echa.europa.eu/home_fr.asp ) chargée de réguler les autorisations d’utilisation des substances chimiques. Cette commission a d’ailleurs demandé aux industriels de développer des produits alternatifs d’ici octobre 2012… le problème c’est que jusque là on trouve peu de solutions « économiquement viables » (comprendre qui pourra !!!!). Par ailleurs, les entreprises doivent analyser à leurs frais les effets de toutes les nouvelles substances de leurs emballages du coup le procédé est long et couteux.

 

Ainsi parmi les produits que l’on a ainsi retrouvé dans notre organisme lors d’analyses, on peut citer les phtalates qui sont utilisés  dans l’industrie plastique pour avoir des emballages souple et durables. De l’emballage à l’alimentation… on en a retrouvé dans des sauces, dans des petits pains, dans des bonbons et même dans du lait…bio ! Or les phtalates agissent comme des hormones et par un effet leurre provoquent des dérèglements hormonaux.

 

Le DEHP (Di Ethyl Hexyl Phtalate), plastifiant utilisé à grande échelle, phtalate le plus dangereux de tous, a même été retrouvé dans une célébrissime pate à tartiner. Or le DEHP peut rendre stérile. On en a donc tout simplement  interdit l’usage dans la production des jouets… mais pas dans les autres industries ! Or, on a relevé des traces de DEHP chez les enfants soumis à des tests. Chez 20%  le DEHP est même présent dans des dosages critiques !

 

Le paradoxe de notre économie globalisée, c’est que BASF leader mondial de l’industrie chimique, ne produit plus de DEHP en Europe mais continue de l’utiliser en Asie pour des produits ensuite exporté en Europe (et ailleurs)

 

De même le Bisphenol A aussi connu sous la douce abréviation de BPA utilisé dans la fabrication industrielle de nombreux types de plastique, rend les emballages plus résistants et empêche le contenu de s’oxyder. Or on le soupçonne d’augmenter très sensiblement le risque de contracter une maladie cardiovasculaire voire même de développer un cancer. Cette substance pénètre notre organisme et attaque notre système immunitaire,  provoque des modifications génétiques nous empêchant de bien réagir contres les autres substances nocives. Or ce composant contamine nos aliments en particulier quand on les réchauffe dans leur emballage.

 

Après des années de tergiversations, en mai 2010, le France a finalement opté pour le principe de précaution en interdisant le BPA dans les biberons… ce qui ne l’empêche pas de faire partie de tous les autres emballages (et donc de tous les autres aliments !!!!). Le Danemark est le seul pays qui a interdit le BPA dans tous les emballages pour enfants. Ce poison se retrouve aussi dans les bonbonnes d’eau dans les canettes et autres boites de conserves (à travers la résine époxy  blanche qui habille l’intérieur de la boite)

Le plus anecdotique mais aussi le plus inquiétant c’est que ce fameux BPA aurait été retrouvé en très forte concentrations (mille fois plus élevée que ce qui est habituellement présent dans une boîte de conserve) sur… près de 40% des tickets de caisse ou autres reçus imprimés sur du papier à transfert thermique ! !!!  Ainsi un ticket analysé contiendrait une quantité douze fois supérieure à ce qu’un homme de 70 kilos peut ingérer sans risque… sans oublier tout le BPA que l’on répand à droite à gauche en laissant trainer nos factures… une nouvelle bonne raison pour faire le ménage ???

 

Source : Etude de l’organisation américaine « environmental working group » http://www.ewg.org/bpa-in-store-receipts