Le Lapacho, kesaco?

Publié le par Cristalange

Depuis que vous pouvez trouver du lapacho sur le site www.cristalange.com, vous êtes nombreux à me demander quelle est donc cette plante appelée aussi "Thé des Incas"... C'est pourquoi j'ai décidé de vous parler de cette écorce (et oui ce n'est pas une plante) quasi miraculeuse pour le milieu médical...


Le Lapacho (bignoniacée au doux nom botanique Tecoma Curialis) est un arbre aux fleurs magnifiques pouvant atteindre une hauteur de 30 mètres, et dont on connaît à ce jour plus de 250 variétés différentes. On le trouve dans la jungle de l'Amérique du Sud notamment au Brésil et au Paraguay. Selon les régions, on l'appelle aussi Pau d'Arco (ou palo d'arco qui signifie "bois d'arc"). C'est le seul arbre de ces régions qui est complètement immunisé contre les infections provenant des champignons, c'est pourquoi son écorce a été très vite utilisée avec succès pour traiter toutes les infections fongiques (Candida Albican), parasitaires, bactériennes et virales.

 
Les indiens incas d'Amérique utilisaient déjà l'écorce interne du Lapacho contre un ensemble de maladies, dont les colites, la dysenterie, les diarrhées, la constipation, l'incontinence, la fièvre, les maux de gorge, les morsures de serpent (propriétés antivenimeuses), les problèmes respiratoires, l'arthrite, les insuffisances circulatoires, et même la syphilis.

 

Des études, menées dès le XIXème siècle, ont confirmé les propriétés antibactériennes, antivirales, antiparasitaires, anti-cancers (oesophage, intestins, poumon, prostate…) et anti-inflammatoires de l'écorce de Lapacho ainsi que son efficacité pour éliminer les radicaux libres, diminuer la douleur et l'inflammation lors de problèmes rhumatismaux et arthritiques. Reconnu stimulant du système immunitaire il améliore l'oxygénation et de l'énergie cellulaire.

 

Plus récemment on a découvert que la Lapacho contient des ingrédients actifs, hautement efficaces contre de nombreuses pathologies :

- le lapachol (quinone) de par sa capacité à pénétrer les cellules cancéreuses ayant une action cytotoxique sur les cellules cancéreuses (coefficient supérieur à 95% dans la destruction des sarcomes cancérigènes).

- diverses autres quinones qui se sont avérées efficaces dans le traitement de l'anémie, la leucémie, la malaria, la maladie de Hodgkin, la maladie de Parkinson, l'artériosclérose, les problèmes gastriques, colite, polypes, les inflammations du système reproducteur, leucorrhée, cystite, prostatite, les problèmes cutanés (lupus, eczéma, psoriasis…).

- des tanins, des flavonoïdes et des coumarines (fluidifiant sanguin) qui en font un stimulant circulatoire général,

- de la xyloidine, agent antibiotique et antiviral très puissant,

- du fer assimilable aidant à l'élimination de déchets et toxines, l'épuration de la composition sanguine et la modification profonde du métabolisme,

- de nombreux  sels minéraux et oligo-éléments: calcium, fer, magnésium, phosphore, zinc, chrome, silicium, manganèse, molybdène, cuivre, potassium, sodium, cobalt, bore, argent, or, strontium, barium, nickel, etc…

 

L'infusion de cette écorce donne une boisson naturelle, agréable, au goût légèrement piquant et âpre, qui permet de lutter efficacement et agréablement contre toutes sortes d'affections chroniques ou aiguës, de renforcer notre système immunitaire et donc d'accroître les chances de guérison. Elle est revitalisante grâce à ses minéraux et ses vitamines et est riche en fer.

 

Avertissement :

Il est à noter que la concentration en lapachol (le principe actif) des produits importés est très variable et de toute façon trop faible pour combattre efficacement les cancers. De plus, bien que la plupart présentent des propriétés médicinales intéressantes, seules trois d'entres elles (Tabebuia Impetiginosa, Tabebuia Heptaphylla, Tabebuia Avellanedae) possèdent des propriétés curatives pour le cancer.

(et bien oui pas d'illusions, c'est comme le fer de Popeye dans les épinards)
 

Contre-indication:

Hémophilie : cette plante contient déjà des coumarines, consulter un médecin spécialiste avant consommation.

 

Informations provenant pour l’essentiel des ouvrages

Vivre sainement avec Lapacho (Aljoscha A. Schwarz et Ronald P. Schweppe).

Le lapacho et le cancer, l'arbre miraculeux des Incas (Prof. S. Jurasunas)

Se soigner avec le lapacho (Walter Lübeck)

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :