Comment réussir sa vie quand on est au plus bas... (2/2)

Publié le par Cristalange

Comment réussir sa vie quand on est au plus bas... (2/2)

Comment je fais la différence pour savoir si c’est mon cœur qui me parle ou mon ego ?

 

Mon cœur n’émet pas de jugement, il ne fait pas la différence entre si une personne est bonne ou mauvaise, si une personne est grosse ou mince, si une personne agit bien ou mal. Dans mon exemple de conjointe, mon cœur ne cherche pas à savoir si elle agit bien ou pas. A partir du moment que j’émet une critique, un doute ou j’ai une peur, je sais que je suis en présence de mon ego.

 

Résumons : j’ai mon inconscient qui chaque jour stocke mes faits et gestes, mes émotions, et tout ce que j’apprends. Mon ego se nourrit de mes émotions négatives en priorité car il a peur lorsque je veux prendre un chemin inconnu. Par exemple, si au fond de moi, lorsque je suis au plus bas, je me décide, parce que quelqu’un m’encourage à prendre les choses en main : « tant pis, je vais maintenant aller m’amuser et je vais oublier » tôt ou tard l’ego me rappel que le problème est toujours là.

Maintenant comment faire pour empêcher mon ego d’aller se nourrir des choses négatives dans la mémoire de mon inconscient ? La solution que j’ai trouvé est de reprogrammer mon inconscient !

C’est facile à dire, difficile à faire ! Si vous vous dites cela, alors vous ne vous guérirez jamais par vous même, il vous faudra vous faire aider par une tierce personne.

 

Comment réussir sa vie quand on est au plus bas... (2/2)

Pourquoi reprogrammer mon inconscient ?

Lorsque mon bien-aimé ego arrive dans mon inconscient, il découvre des choses comme : je ne m’aime pas - je suis un incapable - personne ne m’aime - j’ai peur de cette personne - j’ai peur de changer mes habitudes. L’ego est heureux de découvrir cette abondance de négativité accumulée dans l’inconscient depuis mon enfance, par les réflexions de mon entourage et ma réaction face à ces mêmes réflexions. Je me souviens lorsque j’avais 8 ans, un monsieur âgé m’a dit que j’étais né sous une bonne étoile. Cette réflexion m’a servi toute ma vie. Imaginez qu’il m’aurait dit que j’étais né sous une mauvaise étoile, ça m’aurait desservi toute ma vie. Chaque fois que j’aurais désiré réaliser mon rêve, mon ego m’aurait rappelé que je suis né sous une mauvaise étoile.

James Allen a dit que l’homme est le reflet de ses pensées. Votre état physique vous dit ce à quoi vous pensez.

Il n’y a pas d’age pour modifier une mauvaise suggestion introduite dans l’inconscient. Sur Internet vous allez trouvez un catalogue de technique pour reprogrammer votre inconscient.

 

Je repose donc la question, pourquoi reprogrammer son inconscient ?

Lorsque à chaque instant de ma vie, je me dis des belles choses comme : je m’aime – j’ai confiance dans mes capacités – je suis un être unique – je suis le créateur de ma vie et ainsi de suite, l’inconscient va petit à petit accepter ces suggestions comme mon nouvel état d’être. Maintenant, je voudrais préciser quelque chose d’incroyable : il n’est pas nécessaire que je crois à ce que je dis de bien sur ce que je veux pour moi au début, il faut seulement faire semblant de croire en y consacrant un petit quart d’heure par jour sans manquer un seul jour. Ce qui se passe, au fils des jours, une habitude s’installe et mon subconscient accepte cette routine comme mon nouvel état d’être. Ainsi, lorsque mon bien aimé ego arrive dans mon inconscient, il va trouver ces nouvelles émotions, il ne peut que s’identifier à elles. C’est ainsi que je deviens ces nouvelles et belles pensées.

J’ai établi de ma vie cette règle d’or : « l’opinion négative des autres sur moi ne doit pas devenir ma réalité » Je vous demande de réfléchir à cette phrase dans votre propre vie.

Maintenant, je vais terminer par une petite histoire personnelle parmi tant d’autres : J’ai programmé dans mon subconscient que, ce que j’aime dans la vie est possible. Je me fais surprendre par mon cœur qui me rappelle que tout est possible sitôt que je commence à penser que la chose que je dois faire est impossible. Le mot impossible a presque disparu de mon langage.

 

J’espère que j’ai répondu à la question. 

Comment réussir sa vie quand on est au plus bas... (2/2)